Auteur Sujet: Dianceth  (Lu 14357 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne lancelothelene

  • fleur de loquace
  • ****
  • Messages: 375
  • Sexe: Femme
  • Que la Force soit avec vous!
    • Voir le profil
    • Elenarou
  • Membre d'asso(s): L214
  • Régime: Crudivore
Re : Dianceth
« Réponse #45 le: Mercredi 29 Février 2012, 00:55:26 am »
Bienvenue Dianceth!  ;D
Il me semble qu'on doit avoir pas mal d'idées en commun! :) Surtout par rapport aux animaux!
Je tends également vers le véganisme! Depuis 9 mois :)

A propos du MacDo, je suis tombée sur plusieurs articles, qui affirment la même chose : la "nourriture" de MacDo ne moisit pas!!! Ne se gâte pas..... c'est immortel, quoi!
Ca m'a bien fait rire, même si au fond des choses c'est plutôt triste! D'après l'un des articles, il y a un musée d'hamburgers du MacDo, vieux de 20 ans!!!

http://aht.seriouseats.com/archives/2007/03/the_burger_museum_weirdest_collection_ever.html
http://lacaseaimages.centerblog.net/452-un-hamburger-mcdo-ne-moisit-jamais
Mon blog sur le végétarisme, le crudivorisme, la santé, le développement personnel et plein d'autres choses! Au plaisir de vous y croiser! :)

Hors ligne Dianceth

  • pousse de bavard
  • ***
  • Messages: 135
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Dianceth
« Réponse #46 le: Mercredi 29 Février 2012, 13:45:05 pm »
zelda92,

Merci à toi d'avoir pensé à moi, à la fin de ton message !  :D
Pour le reste de ton message, je suis d'accord avec toi et je crois que ta façon de présenter les choses est très juste.
Pour ma part, je me dis qu'en amitié, la qualité vaut mieux que la quantité... D'ailleurs, on voit bien que même l'amitié semble avoir perdu toute sa noblesse pour beaucoup de "jeunes" d'aujourd'hui (cf. les réseaux sociaux où certains n'ont d'autres préoccupations que le nombre de leurs "amis" ; et encore, il importe seulement que ce nombre soit colossal).


Merci à toi aussi, lancelothelene.  :)
Je partage ton avis, je crois moi aussi que nos idées se rejoignent et que nos motivations se ressemblent.
Hélas ! La folie et l'idiotie de certains sont sans limite.

Dianceth

Hors ligne IzaBzh

  • germe timide
  • **
  • Messages: 65
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
    • La cuisine végétarienne d'Iza
Re : Dianceth
« Réponse #47 le: Mercredi 29 Février 2012, 13:50:14 pm »
Bienvenue sur le forum  :)
Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière !

Hors ligne Dianceth

  • pousse de bavard
  • ***
  • Messages: 135
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : Dianceth
« Réponse #48 le: Mercredi 29 Février 2012, 14:06:58 pm »
Merci à toi, IzaBzh !  :)

Dianceth

Hors ligne Stéphane Ascoët

  • source intarissable
  • ******
  • Messages: 1 789
  • Sexe: Homme
    • Adhérent AVF adhérent
    • Voir le profil
    • Ma galaxie
  • Membre d'asso(s): AVF(à vie et délégué), France Passion des Transports Urbains, Les Amis de La Terre, Festival du Cinéma minoritaire de Douarnenez, French Data Network, La Nef, Enercoop, Association pour la décroissance conviviale, Cenabumix, Mouvement Vegan, Ofset, Alliance pour la Santé, 1-Terre-Action(association locale de la Fédération des Usagers du vélo)...
  • Régime: Végétalien
Re : Dianceth
« Réponse #49 le: Jeudi 05 Avril 2012, 11:12:21 am »

P. S. : C'est la première fois que je vois un membre "modéré". Le petit panneau rouge "Attention !" est amusant, mais je ne suis pas sûr que ce soit bon signe... De quoi s'agit-il ?
C'est à cause du sur https://forum.vegetarisme.fr/index.php/topic,961.msg8031.html#msg8031 qui est d'ailleurs fortement lié aux dernières interventions sur ton sujet, même si je ne suis pas d'accord avec Willyne sur le fait que les jeunes V sont rares
Du fait du délai de modération, je pense que certaines de mes interventions n'ont pas été vues(https://forum.vegetarisme.fr/index.php/topic,966.50/topicseen.html).
Dans les bonus du film "Super Size Me" il y a l'expérience de hamburger indestructible
Je cumulais tous les profils du jeune décrits par Zelda, il n'y a que dans les histoires que être un extra-terrestre est la classe .
Je ne fais pourtant que m'inspirer de choses écrites par d'autres penseurs. C'est même une femme qui écrit:
Citer
Au-delà des belles images, l’omniprésence de modèles inatteignables enferme nombre de femmes dans la haine d’elles-mêmes, dans des spirales ruineuses et destructrices où elles laissent une quantité d’énergie exorbitante.
Citer
La crainte d’être laissée pour compte fait naître le projet de refaçonner par la chirurgie un corps perçu comme une matière inerte, désenchantée, malléable à merci, un objet extérieur avec lequel le soi ne s’identifie en aucune manière
Citer
Les conséquences de cette aliénation sont loin de se limiter à une perte de temps, d’argent et d’énergie. La peur de ne pas plaire, de ne pas correspondre aux attentes, la soumission aux jugements extérieurs, la certitude de ne jamais être assez bien pour mériter l’amour et l’attention des autres traduisent et amplifient tout à la fois une insécurité psychique et une autodévalorisation qui étendent leurs effets à tous les domaines de la vie des femmes. Elles les amènent à tout accepter de leur entourage ; à faire passer leur propre bien-être, leurs intérêts, leur ressenti, après ceux des autres ; à toujours se sentir coupables de quelque chose ; à s’adapter à tout prix, au lieu de fixer leurs propres règles ; à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, se condamnant ainsi à un état de subordination permanente ; à se mettre au service de figures masculines admirées, au lieu de poursuivre leurs propres buts. Ainsi, la question du corps pourrait bien constituer un levier essentiel, la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans, de la lutte contre les violences conjugales à celle contre les inégalités au travail en passant par la défense des droits reproductifs.
Citer
Dans ce contexte, un magazine comme Elle peut se proclamer féministe sans (toujours) susciter l’hilarité, et une Élisabeth Badinter juger les représentations publicitaires inoffensives sans voir son crédit entamé. Il a fallu attendre la parution de son livre sur les dérives supposées de l’écologie, en 2010, pour que sa qualité d’actionnaire principale de Publicis, troisième groupe mondial de publicité, soit mise en avant, après avoir longtemps été éclipsée par le prestige du nom de son mari
Citer
Le prisme omniprésent du « choc des civilisations » n’est en effet pas la seule caractéristique de l’époque qui pousse à un retour frileux aux identités sexuées traditionnelles. L’absence de perspectives de tous ordres, la dureté des relations sociales provoquent un repli des femmes sur les domaines qui leur ont toujours été réservés et qui, jugés étouffants il n’y a pas si longtemps, leur apparaissent désormais comme des abris préservés, intimes, rassurants, parés de tous les attraits. L’espace et les valeurs domestiques (vocation maternelle, cuisine, pâtisserie, couture, tricot) font l’objet d’un réinvestissement massif, de même que les compétences esthétiques : mode, beauté, maquillage, décoration… Non, ce n’est pas ringard – du moins pas si vous en faites un blog. Ainsi se remet en place cet ordre tracé au cordeau que la contestation des années 1970 avait ébranlé : aux hommes l’abstraction, la pensée, le regard, les affaires publiques, le monde extérieur ; aux femmes le corps, la parure, l’incarnation, le rôle d’objets de regards et de fantasmes, l’espace privé, l’intimité.
Citer
Elles dédient leur vie aux préoccupations esthétiques, qui constituent le second pôle de cette féminité traditionnelle revivifiée. Elles se laissent gagner par un perfectionnisme obsessionnel, qu’accompagne une convoitise sans cesse renouvelée pour les produits et les techniques mis sur le marché à un rythme effréné. Les stratégies de séduction déployées par des industries étroitement imbriquées les unes aux autres – mode, beauté, publicité, médias, divertissement – sont d’autant plus irrésistibles que plus rien ne vient leur faire concurrence. Elles s’engouffrent dans un vide abyssal. Les utopies politiques sont mortes, et on ne peut raisonnablement pas attendre du travail autre chose que les moyens de la survie ; le peaufinage de notre image est donc le dernier idéal à notre disposition.
Citer
Les jeunes ont intégré l’idée que leur apparence vestimentaire peut avoir un impact considérable sur tous les domaines de leur vie : pour eux, un bon look, ça signifie le bon réseau, le bon petit ami, voire le bon boulot !, observe le sociologue de la mode Pascal Monfort. C’est devenu une qualité intrinsèque, ce qui n’était pas le cas dans la génération précédente
Citer
L’absence d’idéal concurrent et les sollicitations permanentes de la consommation viennent réactiver les représentations immémoriales qui vouent les femmes à être des créatures avant tout décoratives. Depuis quelques années, le discours des magazines féminins a viré à l’entreprise de décervelage pur et simple. La journaliste Sylvie Barbier a raconté dans un livre l’évolution à laquelle elle a assisté : « Désormais, le titre prône la tyrannie du look. On encourage l’idiote aguicheuse, la séduction de sous-douée, le regard de poisson mort. Fin de la sincérité. Enfuie l’audace. Début du grand formatage. Nouveau refrain : n’exister que par la beauté et ne survivre que par le regard des hommes »
Citer
Le sort actuel des petites filles en témoigne jusqu’au tragique. Des filles nées dans les années 1980 et plus tard, c’est-à-dire après le début du backlash, Naomi Wolf écrit qu’elles souffrent d’une « déformation congénitale : elles n’ont pas d’enfance ». « Aujourd’hui [autour de 1990, donc], pour une petite Américaine de sept ans, monter sur la balance et pousser un cri horrifié est un rituel de féminité, indissociable d’une promesse de gratification sexuelle, comme l’était pour ma génération le fait de parader en talons aiguilles devant le miroir, ou, pour la génération de ma mère, d’habiller sa poupée de satin blanc. » Wolf procède à un calcul intéressant : si cette petite fille a sa première relation sexuelle autour de quinze ans, elle aura, à ce moment-là, déjà passé la moitié de sa vie à « apprendre le masochisme » pour s’y préparer. Elle n’aura jamais eu la moindre chance « de se construire des souvenirs érotiques dans l’Éden, la plénitude, la frénésie de plaisir, l’insouciance d’un corps d’enfant ». Vingt ans plus tard, de nombreux pays – Royaume-Uni, Canada, Australie, France – constatent une augmentation des cas d’anorexie infantile. « Nous voyons des fillettes qui ont commencé un régime de leur propre chef à neuf-dix ans, puis la maladie se déclenche », déclare une praticienne du service de pédopsychiatrie de l’hôpital Robert-Debré à Paris.
Citer
Et, puisqu’il vaut mieux prévenir que guérir, il n’est jamais trop tôt pour apprendre à « s’occuper de soi ». Elles intègrent donc un autre aspect de la féminité contemporaine : la conviction d’un défaut, d’un vice fondamental lié à leur corps, que le temps ne fera que rendre plus évident et dont il s’agit de retarder autant que possible l’apparition ; mais aussi d’une forme de saleté, à laquelle sont censés remédier mille produits destinés à « purifier », « gommer », « désincruster »…
--
Bien cordialement, Stéphane Ascoët, animateur de la liste AVF Orleanaise, objecteur de croissance, faucheur volontaire, bio-vegetalien anti-spé

Canna

  • Invité
Re : Dianceth
« Réponse #50 le: Samedi 07 Avril 2012, 03:31:12 am »
Stéphane, tu devrais citer tes sources.
Il y a des passages de l'ouvrage que je cite ici (tout en bas).