Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - FobaBett

Pages: 1 2 3 [4] 5 6 ... 114
46
Le sujet: on parlait des activistes qui n'ont pas intérêt à utiliser la violence des autres pour convaincre, mais tenter de briller par leur différence, leurs valeurs. 

Je pense qu'on n'a jamais convaincu personne en lui foutant son poing dans la gueule.
Par la violence, on peut éventuellement contraindre ou faire peur mais ça n'a qu'un temps et le retour de bâton est en général plutôt violent, lui aussi - et après on fait quoi ? Une bonne vieille vendetta à la sicilienne ou chacun justifie sa violence par celle de l'autre et ça n'en finit jamais et on ne sait même plus comment ça a commencé ?
Quel intérêt ?

Mais être non-violent ne veut pas dire être mou ou ne pas être radical dans ce que l'on avance ou dans ses actions - même si la frontière n'est pas toujours aisée à trouver et à tenir - si on fait un parallèle avec l'éducation, je dirais qu'on peut parfaitement donner une éducation très stricte et ferme à ses enfants tout en ne brandissant même jamais ne serait-ce que la menace d'une fessée.

Et comme exemple de cette différence entre la radicalité et la violence, je citerais bien L214 qui ont, ces dernières années, énormément fait avancer la prise de conscience en France et le changement de mentalité sans avoir, à ma connaissance, ni frappé qui que ce soit, ni vandalisé quoi que ce soit, ni appelé à le faire.

La violence, c'est une arme de faible.

47
Santé / Re : Re : Spiruline
« le: Dimanche 29 Décembre 2019, 10:06:02 am »
Bonjour,

J'ai trouvé cette information

Bonjour,
Bienvenue ici.

Trouvé où ?
Toujours important de citer ses sources, ça permet de crédibiliser (ou pas) ce qu'on dit.

48
Alimentation / Re : Questionnaire tofu ingénieurs agronomes
« le: Lundi 23 Décembre 2019, 16:07:02 pm »
Bonjour
Bienvenue
Merci de ne pas multiplier le même message un peu partout sur le forum - c'est un forum de discussions et d'échange, pas un panel type de répondant à des questionnaires.

49
Philosophie / Re : Re : Re : Que penser des activistes de la cause animale ?
« le: Samedi 21 Décembre 2019, 09:11:10 am »
Je méprise l'humanité ??? Qu'est-ce que t'as pris avant d'écrire ?
Bah..mon clavier.

Ça n'a rien à voir avec le sujet (qui a déjà bien dérapé du sujet initial), mais cette réponse m'a bien fait marrer.

50
Philosophie / Re : Re : Que penser des activistes de la cause animale ?
« le: Mercredi 18 Décembre 2019, 19:41:20 pm »
Je crois que le libre-arbitre est la condition même de notre évolution.

Libre arbitre qui est finalement l'ennemi juré d'une forme de société toute entière tournée vers la consommation aveugle - le marketing déteste le libre-arbitre.

51
Philosophie / Re : Re : Que penser des activistes de la cause animale ?
« le: Mercredi 18 Décembre 2019, 19:38:43 pm »
P.S. : excuse-moi de mon arrogance

Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire et comme je l'expérimente parfois à mes dépends, l'expression écrite ne parvient à véhiculer qu'environ 20% de ce qu'on veut dire.
Sans le ton de la voix, les expressions du visage, les mouvements du corps, toute la communication non verbale, quoi, on sonne facilement plus sec, plus intransigeant.
Tu vois, moi je vanne beaucoup, j'ironise facilement, je caricature - sauf qu'à l'oral, en général on se rend compte que c'est sans méchanceté, que c'est une forme de connivence - à l'écrit c'est moins évident...
C'pas grave - entre gens intelligents, on finit toujours par trouver un terrain d'entente, non ?

52
Philosophie / Re : Que penser des activistes de la cause animale ?
« le: Mercredi 18 Décembre 2019, 14:04:41 pm »
Quand tu n'as pas eu la possibilité de faire des études, que tu n'as pas de patrimoine et pas vraiment de réseau (c'est à dire que tous les gens que tu connais sont plus ou moins dans la même situation que toi)
Quand, en plus, tu as des personnes à charge - que ce soient des enfants ou des parents
Quel choix as-tu en terme de possibilité d'acquisition de ressources ?
Prosaïquement : comment tu manges, comment tu t'habilles, comment tu as un toit au-dessus de la tête ?
Je ne parle pas des abus de la surconsommation que je vomis sans doute presque autant que vous deux, je parle des besoins de base.

On ne perd pas sa liberté en prenant un boulot à la base de l'échelle sociale, tu m'as lu à l'envers - c'est quand on est à la base de l'échelle sociale qu'on a le moins la liberté de faire la fine bouche sur le boulot qui se présente.
Moi, je peux choisir, demain, d'aller bosser chez McDo où à une caisse de supermarché.
La caissière du supermarché ne peux pas, demain, choisir de venir occuper mon poste et avoir le train de vie qui va avec - pas plus que je ne peux, d'ailleurs, décider demain de devenir PDG d'une boîte du CAC40 (pas envie, en plus, ça tombe bien...)
Excuses-moi si ma formule te semble un peu violente, picchou, mais de mon point de vue, tu as fait un choix de nanti (en tous cas, c'est ce que j'en lis dans ta façon de le présenter) - tant mieux s'il te convient. Tant mieux pour toi.

Alors, oui, on peut être parfaitement heureux avec 500 euros par mois à vivre en autonomie & entraide au fond des bois (je te charrie, tixelaurent, ne prend pas la mouche) - on peut même le revendiquer comme un acte militant et, franchement, j'avoue une certaine admiration pour ça, pour l'alignement entre ses convictions et ses actes.
A condition que ce soit un vrai choix.
A condition peut-être aussi d'accepter que ça ne soit pas le choix de tout le monde et qu'il peut exister d'autres façons de voir le monde que la vôtre (un minimum d'empathie, quoi)

Vivre avec 500 balles par mois, toi tu l'as choisi.
Moi je choisis de ne pas le faire - parce que j'ai la possibilité de faire ce choix par rapport à ce qui m'anime et sans que ça fasse de moi un "toxico" incapable de "se décrotter de la société de consommation" et engagé sur un "chemin de croix de la surconsommation" qu'il faudrait absolument "plaindre" (si dans ces termes tu ne vois pas où j'ai pu lire du mépris, de la condescendance ou du dégoût, tu m'en vois désolé...)
D'autres le font parce qu'ils n'ont pas eu ce choix, eux et qu'ils le subissent parce qu'ils auraient bien aimé pouvoir choisir autre chose.

Croire "qu'on peut tous choisir sa façon de vivre" parce qu'on a eu la chance de pouvoir (en partie) choisir la sienne, c'est exactement comme croire que fumer ne donne jamais le cancer parce qu'on a connu un centenaire qui fumait son paquet de gauloises par jour.
C'est se croire universel - or, vous ne l'êtes pas (moi non plus, heureusement)

53
Philosophie / Re : Que penser des activistes de la cause animale ?
« le: Mardi 17 Décembre 2019, 21:56:12 pm »
Qui parle de vivre en ermite au fond des bois ?

Bah toi, regarde :

je vis seul

Ermite

L'avantage de cette 'mise à l'écart'

Ermite

Ne gâchons pas cette opportunité que constitue la possibilité de sortir de la société

Ermite

J'ai un bouquet d'arbres morts

Au fond des bois.
(morts, mais des bois quand même)


Quoi ?
Je déforme ?
Hé, hé, hé, oui.
Un peu.

Mais c'est mon côté con : tu deviens tellement condescendant et outré quand on tape un peu à côté de l'idéal absolu de vie que tu es persuadé incarner que ça me donne envie de te titiller. De te provoquer un peu.
Quitte à être volontairement un peu exagéré et de mauvaise foi.

Mais je note ton mépris et ton dégoût de qui ne fait pas les mêmes choix de vie que toi, je note.
Je me dis juste que ça va pas être facile de recruter de l'entraide et du partage en prenant tout le monde de haut comme ça, mais peut-être me trompe-je - d'ailleurs, je te le souhaite sincèrement.

54
Philosophie / Re : Re : Que penser des activistes de la cause animale ?
« le: Mardi 17 Décembre 2019, 15:15:48 pm »
Dans une société comme la nôtre, on n'est libre de ses choix que dans un cadre assez étriqué
Non ! C'est trop facile de dire "on peut rien faire, ou si peu". Avec ce raisonnement, on ne changerait rien...
Nous pouvons agir. D'abord, notre rapport à l'argent : je vis seul avec 500 € par mois, et j'arrive à mettre de l'argent de côté pour faire face aux imprévus. C'est une libération de se dégager de cette emprise monétaire.
Vivent l'autonomie et l'entraide. Voilà la réponse (selon moi) à ce monde matérialiste, où il faut consommer pour exister.
Il ne s'agit pas de condamner les autres, mais de refuser "leur monde" prédateur, voué à l'auto-destruction. C'est d'ailleurs une question de survie.

Il n'est pas nécessaire d'aller vivre en ermite au fond des bois pour revoir son rapport à l'argent, tu sais ?
Tout le monde n'a pas l'absence de charge qui permette, par choix, d'aller vivre avec 500 euros par mois : essaye avec deux ou trois gosses à charge et/ou un ou deux parents nécessitant des soins quotidiens alors que leur retraite ne leur permet pas de se les offrir et on reparlera d'accepter ou pas le premier job qui passe - y compris chez Monsanto ou un autre (puisque c'était là le sens premier de ma réponse à picchou)

En fait, on en revient à un vieux classique du débat : peut-on changer le système en s'en mettant volontairement et radicalement à l'écart ?
Moi, je pense que non.

55
Philosophie / Re : Re : Re : Que penser des activistes de la cause animale ?
« le: Mardi 17 Décembre 2019, 11:25:29 am »
Je pense qu'il faut aller jusqu'au bout de ses convictions, je ne cautionne en aucune façon ce que Monsanto fait et tous ceux qui y travaillent sont autant responsable que le groupe lui-même !
Si la société Monsanto ne trouvait aucun collaborateur, ni aucun employé, cette société serait bien en peine de faire de telles abominations sur le vivant.

Ouais, c'est un peu "facile" comme argument.
Dans un monde idéal où les besoins de base de chacun serait pris en charge et le travail uniquement un plus totalement et librement choisi, oui - Monsanto n'existerait probablement pas, faute d'employés, d'ailleurs.
Mais ce monde-là n'existe pas.

Dans le monde réel, t'as besoin d'argent pour vivre et pas toujours vraiment le choix du boulot pour - ou des choix différents des tiens : je suis sûr que si on creuse chez Monsanto, tu as un paquet d'employés pas du tout persuadés de bosser pour la version moderne de Satan mais au contraire dans une boîte travaillant au bien commun pour la fin de la faim dans le monde - avec quelques à côtés regrettables, certes, mais on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs...
(ce n'est pas mon opinion, hein, j'essaye juste de me mettre à la place de qui ne pense pas comme moi)

Dans une société comme la nôtre, on n'est libre de ses choix que dans un cadre assez étriqué - et de plus en plus étriqué au fur et à mesure que tu descends dans l'échelle sociale.

Et, d'un point de vue philosophique, si comme tu le dis, chacun doit être libre de ses choix, de quel droit peux-tu juger (et condamner) des choix qui sont différents des tiens ?

56
Témoignages / Re : Re : La réalité dure à encaisser
« le: Mardi 17 Décembre 2019, 10:01:20 am »
Hello,
Bienvenue ici

Est-ce que ces gens (les carnistes) ont raisons?

Difficile question - évidement, en tant que végétarien plus ou moins en route vers le véganisme, je vais te dire : non, ils ont tort !
Hé, hé, hé.
C'est la magie d'internet : on peut lire tout et son contraire.
A toi de te faire ta propre opinion. A toi d'essayer de filtrer ce qui te paraît une argumentation solide d'une fake news - c'est difficile, mais c'est indispensable.
Tout ce que je peux te dire, c'est que je suis VG depuis bientôt 8 ans et que tout va bien : physiquement, je me sens même plus en forme qu'avant, je n'ai ni pris, ni perdu du poids ou de la masse musculaire et toutes les analyses que j'ai pu faire sur ces huit ans (dont deux analyses de sang complètes pour rassurer ma famille) montrent que je n'ai aucune carence (et un cholestérol plutôt au top de ce qu'il faut avoir)

Quant aux arguments des carnistes, en gros on a quoi comme catégories ?
Les carences ? Aucune carence dans un régime VG bien mené - de même que pleins de carences dans un régime omni mal mené - pour moi, la carence est un problème d'équilibre alimentaire, pas de produit carné ou pas dans l'alimentation (même l'OMS le reconnaît, je crois, sans parler de l'assossiaction de je ne sais plus combien de milliers de diététiciens et nutritionnistes américains). Et pour l'instant, jamais vu de vraie démonstration du contraire.
La tradition, le "on a toujours fait comme ça", "l'homme est un omnivore" - pour moi, ce n'est pas un argument - l'homme est doté d'un cerveau, autant s'en servir et comprendre qu'une tradition n'est pas bonne parce que c'est une tradition : si les choses qu'on faisaient jusque là s'avèrent, à la réflexion, mauvaises et bah on les abandonne, voilà.
L'animal ne ressent rien - ouais, ça c'est un argument qui date et qui a été de multiples fois démontré comme complètement faux, faudrait évoluer un peu quand même...


Est-ce que comme le disent certains le véganisme va bientôt disparaître comme une mode passagère?

Je ne pense pas - je pense qu'une certaine re-végétalisation de l'alimentation est dans le sens de l'histoire et que ça fait partie de la solution à la course effrénée vers la fin de l'espèce humaine.
Toute l'humanité végane un jour ?
J'aimerais y croire, mais bon...
C'est comme l'humanité entièrement non violente.
Bref.
Mode ou pas, peu importe, non ?
Si tu deviens VG par conviction, quelle importance d'être "à la mode" ou pas ?

57
grossesse et petite enfance / Re : Végétarisme et prématurité
« le: Vendredi 06 Décembre 2019, 09:37:44 am »
Bonjour,
Bienvenue ici.
Je comprends tes doutes, la pression des "sachants" (même quand on sait qu'ils ne savent parfois pas grand chose) peut être très, très difficile à encaisser et j'espère que d'autres, plus calés que moi dans ce domaine, pourront t'apporter des réponses précises.
A défaut, je ne peux que t'apporter un soutien lointain et virtuel.

Par contre, pour la lisibilité du forum, merci de ne pas créer plusieurs sujets identiques un peu partout - un seul suffit.

58
Philosophie / Re : Re : Assumer sa nourriture
« le: Vendredi 06 Décembre 2019, 09:33:21 am »
oui, bien sûr, c'est la nature qui est adaptative. Et nous sommes la nature.
Attention quand même : nous (végétaliens) faisons le choix de se supplémenter. La logique voudrait que nous mangions de la viande. Et donc, et donc... ? Notre éthique nous sort de cette nature qui nous offre la chair d'autre animaux (voire de ses propres congénères -j'ai vu un reportage d'un gars du Vanuatu qui racontait avoir mangé de la chair humaine, ce qu'il avait apprécié, notamment la chair de la main). Pourquoi s'en priver ?
D'où  cette question fondamentale : pourquoi ? Pourquoi s'imposer une éthique qui nous complique la vie ? Pourquoi ? Oui, pourquoi ? En écrivant cela, je sens le souffle de la métaphysique me frôler...

Moi je sens surtout le mouvement circulaire des mêmes arguments répétés en boucle sans tenir compte une seule seconde de ce qui t'es répondu.
(et j'avoue que ça commence à me gonfler)
Je le répète donc pour la dernière fois : dans un monde aux sols plus riches et aux pratiques moins hygiénistes, nous n'aurions pas besoin de manger de la viande pour la B12 puisqu'on en trouverait dans les végétaux.

59
Philosophie / Re : Re : Re : Re : Re : Re : Assumer sa nourriture
« le: Vendredi 06 Décembre 2019, 09:29:49 am »
on estime qu'un individu avec une alimentation moyenne qui devient végétalien du jour au lendemain a en lui entre 3 et 5 ans de réserve de B12.
Quand même. Alors quelqu'un qui mange l'équivalent d'un steak tous les 3 mois ne craint pas grand-chose?

Je le répète, je ne suis pas médecin et pas plus biologiste ou nutritionniste, je me garderais donc bien de prendre la responsabilité de répondre de manière tranchée à cette question.

60
Philosophie / Re : Re : Re : Re : Assumer sa nourriture
« le: Jeudi 05 Décembre 2019, 19:30:17 pm »
Du coup, s'ils sont carencés sans le savoir, ça ne doit pas être si important que ça la B12?

De ce que je sais (ou, en tous cas, pense comme vrai car lu ou entendu de sources que je juge fiables) :
La B12 est essentielle pour le bon fonctionnement neuronal - avec, je crois, des variations en fonction de l'âge, mais je ne suis pas sûr et ne voudrait pas dire de conneries.
Le corps "accumule" des réserves de B12 (c'est pour ça qu'on en trouve dans la viande d'animaux d'élevages qui ont été gavés avec) - on estime qu'un individu avec une alimentation moyenne qui devient végétalien du jour au lendemain a en lui entre 3 et 5 ans de réserve de B12.
Le surdosage en B12 n'a absolument aucune incidence, aucun effet secondaire.
L'absorption de la B12 est très inégale d'un individu à l'autre - certains l'absorbent bien, d'autre moins bien, souvent assez mal chez les personnes âgées et, si les pilules de B12 sont si surdosées (je crois jusqu'à 1000 fois la dose), c'est pour pallier à ça (et aussi parce que la B12 en pilule est moins bien assimilée de manière globale que celle contenue dans les aliments.)
Les effets d'une carence en B12 ne sont pas immédiats et foudroyants, ce n'est pas la colère divine, mais peuvent être dangereux à long terme (et ces effets pas forcément identifiés comme le fait d'une carence en B12).

Pour ton cas : je ne sais pas, je ne te connais pas et ne suit pas médecin.
C'est peut-être toi le "papy qui a vécu cent ans en fumant son paquet de gauloises chaque jour" de la B12.

De ce que j'ai lu (et tenté de résumer ci-dessus), j'ai décidé que je préférais en prendre.
Vous êtes des adultes responsables, sur ce forum, vous faites vos propres choix.

Pages: 1 2 3 [4] 5 6 ... 114